Non, non, je ne plaisante pas du tout… Bloguer pourrait bien changer complètement votre vie. D’ici quelques minutes, vous pourriez bien avoir mis le doigt sur une passion différente de toutes les autres. Vraiment ? Oui, suivez-moi, passez avec moi de l’autre côté. Ouvrez la porte. Ne soyez pas timide. Vous serez parfois au milieu de la lumière. Mais pas ébloui. Il se peut que vous y trouviez beaucoup de monde. Mais vous ne serez pas serrés. Et l’ambiance sera toujours conviviale et chaleureuse…

En commençant à bloguer il y a 4 mois, j’ai découvert un monde particulier. Je croyais le connaître, à travers quelques expériences passées et quelques lectures. Mais c’est la partie cachée, celle qu’on ne connaît qu’après avoir gratté la surface, qui devient vite fascinante. Les contours de l’expérience ne sont pas entièrement définis. On regarde l’horizon, pour essayer de découvrir les limites. Mais plus on avance et plus on s’aperçoit que ce monde a des possibilités infinies.

Si, vous aussi, vous bloguez, lisez ce qui suit. Comparons nos expériences.

Si vous ne bloguez pas encore, attention, je dois vous prévenir. En lisant cet article-dossier jusqu’à la fin, vous prenez un risque : celui de basculer vers une sorte d’addiction. Pour le meilleur ?

Bloguer, c’est quoi, précisément ?

Bloguer, c’est écrire dans un blog. Le terme “bloguer” n’est ni officiellement français, ni vraiment anglais. Il s’agit d’un néologisme, c’est à dire la création d’un nouveau terme, à partir de l’anglicisme “blog”, qui provient de la contraction de “web log”, qu’on pourrait traduire en français par : “journal de bord sur le web“. Apparemment, aucune francisation vraiment satisfaisante n’a été trouvée, en tous cas selon mes critères de goûts. “Blogue” de l’Office Québécois de la Langue Française serait à la rigueur acceptable. Mais “bloc-note”, de la Commission générale de terminologie et de néologie, me semble tout simplement ridicule, car la notion de journal chronologique est complètement oubliée dans ce terme, de même que le support web.

Blog et site sont ils deux concepts différents ?

En fait, pour moi, un blog, c’est un aussi un site, dans la mesure où il s’agit d’un ensemble de pages web. Mais la particularité du blog, par rapports aux autres sites, c’est que la présentation est organisée autour d‘articles (appelés aussi billets), avec une chronologie, des mots-clés (“tags”) et des catégories. Les blogs comportent aussi une fonctionnalité capitale : la possibilité aux lecteurs de laisser des commentaires. Ce point est important : fini la solitude de l’écrivain face à sa feuille blanche !

Personnellement, j’aime beaucoup le fait que la date et l’auteur soient clairement définis pour chaque article, dans les blogs. En comparaison, je trouve qu’une page web impersonnelle et non datée, sur un site classique, fait perdre beaucoup de valeur au contenu.

Liberté, imagination, créativité

Bloguer, c’est écrire. (Entre autres…) On peut donc rapprocher cette activité d’un véritable art : la littérature. Le blogueur fait un vrai travail d’écrivain. Et pas seulement. Beaucoup de blogueurs se définissent aussi comme les journalistes des temps modernes, avec une indépendance, une liberté et une réactivité supérieure à celle des journaux.

Pour moi, c’est surtout la possibilité de s’adresser à un public très ciblé qui donne de la valeur au blog. Mon blog s’adresse à ceux qui veulent stocker et partager sur le web. En marketing, on appelle ça une niche. Pour le lecteur et le blogueur, c’est l’opportunité d’approfondir un sujet, un peu comme dans une revue hyper spécialisée. Mais ce n’est pas le cas de tous les blogs.

Pouvoir se spécialiser sur un sujet précis, c’est une grande liberté. C’est enfin la possibilité de s’exprimer sur ce qui nous passionne, sans aucune contrainte.

Le web, en tant que support d’expression, apporte une dimension d’immédiateté. Ca permet parfois de réagir rapidement aux évènements. Par exemple, il m’est arrivé de réagir immédiatement, suite à une émission de télévision. Ca m’aurait été difficile de faire la même chose dans une revue informatique spécialisée.

Le web est aussi un support qui permet de prendre plus de risques, tout simplement parce qu‘il est toujours possible de revenir en arrière. On peut toujours modifier son article, voire, cas extrême, le retirer, si besoin (mais pas complètement : il y a le “cache Google” et certaines autres traces difficiles voire impossibles à effacer, comme les flux RSS reçus par e-mail…). Cette souplesse de travail permet une grande liberté, laissant libre cours à notre créativité et notre imagination. De plus, le blogueur est souvent seul aux commandes de son navire. L’inconvénient, c’est la charge de travail, mais cette solitude (toute relative…) apporte d’immenses avantages : une liberté sans limite, une porte ouverte sur l’imagination et la créativité.

Techniquement, nous avons maintenant la possibilité de maîtriser très facilement toute la chaîne de publication : de la naissance de l’idée dans notre cerveau jusqu’à la publication sur le web et même la promotion, tout peut se faire simplement, en quelques minutes et, cerise sur le gâteau, pour un coût très faible

Montrer ses photos

Bloguer, c’est écrire, mais pas seulement. Certains blogs comportent très peu de texte, mais beaucoup d’images : des photos, par exemple, mais aussi des dessins, des bandes dessinées, etc. Tout est possible. On peut aussi y trouver des fichiers sons (musique, interviews…), des vidéos, des présentations, des infographies, etc. Tout contenu numérique peut se trouver sur un blog.

Partager ses sites préférés

Ne vous est-il jamais arrivé de tomber sur un site et de vous dire : “Tiens, ça, ça plairait bien à …” (l’un de vos proches ou amis, par exemple). Il existe alors toute une palette de possibilités pour partager le lien vers ce site ou cette page web : site de partage de favoris (Delicious, par exemple), microblogging (Twitter…), courriel, messagerie instantanée, etc. Mais si cela vous arrive souvent et que vous aimez bien ajouter votre touche personnelle, avec quelques commentaires, alors le blog est le support idéal.

De plus, avec un logiciel comme WordPress, vous pourrez décider qui peut accéder à vos pages :

  • tout le monde, via Google, notamment
  • seulement ceux qui ont l’adresse de votre page (ce qui suppose que vous la partagiez via courriel ou autre)
  • tous ceux qui ont l’adresse et qui connaissent un mot de passe défini par vous
  • tous ceux qui se sont inscrits sur votre blog (WordPress.com permet directement cette solution, mais si vous utilisez WordPress sur une autre solution d’hébergement, il vous faudra installer un plugin comme “Private WordPress”).

Une carte de visite valorisée et valorisante

Donner votre numéro de téléphone ou votre adresse courriel, c’est donner la possiblité de vous contacter. Mais, si en plus vous pouvez donner l’URL de votre blog, alors vous donnez la possibilité aux autres de découvrir beaucoup de choses sur vous, sans même avoir besoin de vous déranger. C’est mieux qu’une carte de visite. C’est comme si vous pouviez offrir un livre dont vous êtes l’auteur, à tous vos contacts.

Avec votre blog, vous allez pouvoir :

  • donner des informations générales sur vous-mêmes : votre histoire, vos passions, vos idées
  • détailler vos diplômes et qualifications diverses, notamment si vous cherchez du boulot
  • prouver vos compétences, car ce site-là, c’est le vôtre, c’est le résultat de votre propre travail
  • montrer votre courage et votre persévérance : ce blog, c’est beaucoup d’efforts, pendant des semaines, des mois, voire des années
  • montrer votre dynamisme : ce blog, c’est une véritable entreprise, c’est tout un réseau que vous avez construit et animé autour de votre blog
  • montrer vos qualités humaines : un blog, ce n’est pas juste du texte, c’est aussi et surtout une aventure humaine. Plus vous rendez service aux autres avec enthousiasme et générosité, plus votre blog se développe.

Et pourquoi pas un blog privé ?

Comme je le disais tout à l’heure, vous pouvez définir très finement qui peut accéder à votre blog. Cela peut très bien n’être que vous-même, avec éventuellement quelques proches. La fonction du blog que vous allez pouvoir exploiter, c’est celle de mémoire. En mettant en place une stratégie efficace de sauvegarde de vos fichiers, vous pourrez conserver cette mémoire de nombreuses années. Ca peut être une sorte de journal intime amélioré, avec du texte, des photos, des vidéos, des liens vers d’autres sites, etc. Ca peut être juste pour vous, mais vous pouvez aussi racontez l’histoire de votre couple, par exemple, et le partager juste avec votre conjoint. Dans quelques années, vous pourrez ainsi vous remémorez vos épisodes les plus heureux.

Mais j’en vois certains se dire : “OK, c’est un espace web censé être protégé par un mot de passe, mais c’est aussi potentiellement “piratable” par n’importe qui, non ?”. Oui, c’est vrai, le risque zéro n’existe pas. Alors, pour les plus méfiants, je vous donne un truc : installez votre blog WordPress sur votre propre ordinateur, en local.

Participer aux blogs des autres

Bloguer, c’est un état d’esprit, c’est partager avec générosité son savoir, son avis, ses idées. Votre blog est le support privilégié.  Mais vous pouvez aussi participer à d’autres blogs, de diverses façons. La plus courante est de laisser des commentaires. Ca permet d’enrichir l’article que vous commentez, tout en promouvant votre blog, car WordPress est conçu pour que chaque commentateur puisse aussi laisser un lien vers son propre blog.

Beaucoup de blogueurs utilisent aussi le système des “articles invités“. Un blogueur écrit un article et le publie sur le blog d’un autre. Ca permet aux lecteurs des deux blogs de faire connaissance avec l’autre blog.

Il y a aussi les interviews, sous diverses formes (par courriel, le plus souvent, mais aussi par téléphone, ou en direct). Les blogueurs se posent des questions entre eux et publient les échanges. C’est souvent très vivant et intéressant. Ca permet de découvrir l’histoire personnelle du blogueur, parfois mieux que sur son propre blog. On se dévoile parfois davantage quand on nous pose des questions que quand on écrit spontanément sur soi.

Faire connaissance avec l’ami Google

Alors là… J’aborde un GRAND sujet. Que votre but soit de partager votre passion, ou qu’il soit de gagner de l’argent, vous voulez sans doute que beaucoup de monde vienne visiter votre blog. Il existe diverses techniques de promotion. Mais il faut bien avouer que Monsieur Google a un grand pouvoir. C’est un ami qui vous veut du bien et qui peut vous amener beaucoup de visiteurs. Car il a beaucoup de relations, ce gars-là…

Il existe une multitude de livres et sites écrits sur le sujet. C’est un domaine qui attire les foules. Les connaisseurs appellent ça le SEO (Search Engines Optimization : optimisation moteurs de recherches). Ils parlent aussi de SERP (Search Engine Results Pages : pages de résultats des moteurs de recherches). Ces sigles sont un peu comme des codes, entre spécialistes, un peu comme le marketing ou le merchandising : les vendeurs doivent connaître à fond, mais la cuisine interne n’est pas censée être montrée aux clients…

Chercher à être dans les premiers résultats des moteurs de recherches, c’est un moyen de gagner de plus en plus de visiteurs sur votre blog. Mais si vous pratiquez le blogging (et oui, c’est le terme couramment utilisé…), vous vous rendrez vite compte que le “SEO”, c’est un vrai sport, disons une sorte de gymnastique. A chaque fois qu’on écrit, on se dit : “Comment l’ami Google va-t-il utiliser ce texte ?”. Mais je vous rassure, la plus grande partie de mon cerveau reste quand même occupée à réfléchir à ce que j’ai à dire.

Pourtant, il est vrai que, notamment pour les titres, ça peut devenir crucial… En fait, heureusement, Monsieur Google pense un peu comme nous : il aime les titres clairs, simples et qui résument bien le contenu de l’article. Donc, si je fais plaisir à Monsieur Google, il y a de fortes chances que ça plaise aussi à mes lecteurs.

Votre blog, c’est un peu comme une boutique, un club ou une bibliothèque, mais avec des milliers de portes ! Google constitue à lui seul une multitudes d’entrées, à travers tous les mots-clés qui vont être saisis. Si vous êtes curieux, vous allez vite vous passionner à essayer de comprendre par où sont entrés vos lecteurs, via quels mots-clés ou expressions. Pour cela, il existe différents moyens : certaines extensions WordPress, pour voir les données immédiates, ou Google Analytics, pour prendre un peu plus de recul.

Les mots-clés et expressions saisies par les utilisateurs de Google, sont parfois surprenants, voire très amusants. Personnellement, j’aime bien aussi comprendre le mécanisme qui a amené Google de la phrase tapée jusqu’à mon article. La diversité des éléments qui entrent en jeu, est parfois impressionnante : titre, URL, texte, commentaires, liste des articles dans la colonne de droite, etc. Google combine tout pour parvenir à répondre le mieux possible aux requêtes de ses utilisateurs.

Compter et connaître ses visiteurs: des surprises tous les jours !

Bloguer, c’est un peu comme tenir une boutique. Grâce à certaines extensions WordPress (Statpresscn, par exemple), on peut voir en temps réel, les lecteurs arriver sur le blog. Entre autres, il y a deux questions importantes qui passionnent tout blogueur :

  • Combien de visiteurs sont arrivés chez moi aujourd’hui ?
  • Comment sont-ils arrivés jusque chez moi ?
    • Par Google ? Avec quels mots-clés ? Pour arriver sur quel article ?
    • Par un autre site ? S’agit-il d’un blog ou forum sur lequel j’étais intervenu ? Ou bien l’auteur d’un blog a mis un lien vers l’un de mes articles ?

Ces questions sont sources pour moi d’une extrême curiosité. Parfois, on découvre de grandes surprises, notamment quand apparaît un pic de trafic imprévu. Cela m’est arrivé plusieurs fois.

La première fois, c’est quand j’ai publié un article relatant l’émission Capital sur le stockage en ligne. Dans l’heure qui a suivi, j’ai vu un afflux de visiteurs à la recherche d’informations complémentaires, suite au reportage. En analysant un peu, j’ai découvert que mon blog était mieux référencé que je ne l’avais imaginé et que les mots-clés présents dans mon article (notamment le titre) répondaient à la demande.

J’ai eu droit également à d’agréables surprises, au niveau trafic, lorsque d’autres blogueurs ont cité certains de mes articles.

En tous cas, quelque soit la source du pic de trafic, j’ai pu ressentir à chaque fois la petite montée d’adrénaline, dans cette aventure aux rebondissements imprévus et agréables. Chaque nouveau visiteur est un encouragement à continuer et à aller plus loin.

Autre chiffre important et enthousiasmant : le nombre d’abonnés Feedburner aux flux RSS des articles et des commentaires. Si quelqu’un s’abonne, c’est que le blog l’intéresse et qu’il veut connaître la suite. Quoi de plus encourageant ?

Apprendre mille métiers

En fait, bloguer est un terme générique pour toutes sortes d’activités :

  • Auteur : c’est celui qui écrit les textes. C’est une gros travail d’expérimentation, d’analyse, de recherche d’informations, puis de rédaction.
  • Designer : c’est celui qui définit le design du site, c’est à dire la présentation. Ca peut consister par exemple à rechercher un thème WordPress. Il faut aussi choisir les “widgets” (modules de la colonne de droite, notamment) et les paramétrer. Il faut choisir des photos et voir comment les présenter : quel format, avec ou sans lien, à quel emplacement ?
  • Webmaster (ou webmestre) : la signification de ce terme est très variable, selon l’entreprise. Dans le cas d’une petite entreprise, a fortiori pour une personne seule, le webmaster est responsable d’un peu tout, y compris le contenu. Le blogueur est presque toujours dans ce cas. Pour une entreprise plus grande, le rôle du webmaster est plutôt limité à la partie technique. L’optimisation du référencement peut être une de ses activités.
  • Animateur de communauté. Publicitaire. Pour se faire connaître, tout en améliorant son expertise, le blogueur participe à de nombreuses dicussions sur des forums, et commente de nombreux blogs.

Le blogueur est un touche-à-tout du web. C’est ce qui fait à la fois la complexité et la richesse de son activité. C’est aussi cette diversité qui rend le blogging passionnant. On maîtrise toute la chaîne. On voit donc directement le résultat de ses efforts ! J’écris un article et hop, me voila plongé dans les statistiques de visites…

Cette diversité (et complexité, parfois) des activités fait que le blogueur ne s’ennuie jamais. Du fait de la concurrence, il cherche toujours à améliorer son site, tant au niveau des fonctionnalités, que du look ou du contenu. Il cherche aussi à mettre en place des animations, comme un anniversaire par exemple, pour attirer du trafic et égayer l’ambiance du site.

Apprendre aux autres

Quand on blogue, on est confronté à de multiples difficultés. On passe par une sorte de parcours initiatique, qui va de la recherche du nom de domaine, à la promotion de son blog, en passant par la recherche d’une idée de blog. On passe aussi par toutes sortes d’émotions, de l’enthousiasme et la passion, quand on démarre, puis le doute quand on ne voit personne venir, puis le bonheur, quand tout le monde arrive, puis la réflexion intense et obsessionnelle, quand on a compris comment ça marchait et qu’on veut arriver à faire de son blog l’oeuvre de sa vie.

Quand on a attrapé le virus du blogging, on a envie de le transmettre à d’autres. Car les pourtours de la blogosphère sont infinis. Il y a de la place pour tout le monde.

Un blogueur apprend des milliers de choses tous les jours. Ca le rend heureux. Alors il a envie de transmettre son savoir aux autres. Car il sait que les ficelles de cette activité seront grandement précieuses pour celui qui démarre. Apprendre aux autres, c’est aussi une activité très agréable. Partager son savoir, c’est lui donner encore plus de valeur. Bloguer, c’est apporter sa pierre, sa valeur ajoutée au monde du web. Aider un, deux ou trois blogueurs à démarrer, c’est enrichir encore plus le web, tout en offrant une passion à ces heureux nouveaux blogueurs. Leur donner envie de démarrer, c’est apporter la petite étincelle qu’il leur manquait peut-être, pour allumer les braises de créativité et de rêve qui couvaient dans leur subconscient depuis un certain temps.

Transformer une passion en expertise

Pour commencer un blog, on choisit de préférence un sujet qui nous passionne et que l’on connaît. Je parle de “connaissance”, pas forcément d’”expertise”. Disons qu’au départ, on en connaît sans doute plus que la moyenne, mais une multitude de personnes en connaît aussi sans doute plus que nous sur le sujet choisi.

Le blog va permettre d’améliorer les connaissances du blogueur. Chaque article va servir de base pour un débat fructueux et instructif. Le blogueur étant curieux de nature, il va chercher à approfondir les questions restées en suspens. Certains lecteurs apporteront des réponses. Mais le blogueur lui-même va aussi enquêter de son côté. Au final, le blog va servir de “base de connaissances”. Et chaque nouvel article va servir à partager cette nouvelle connaissance.

Ce principe poussé à l’extrême, c’est celui du wiki, dont le plus connu est celui de Wikipédia. Quand toutes les compétences collaborent ensemble, on forme une véritable encyclopédie…

D’autre part, le blogueur va mettre en place des moyens de “veille” pour rester informé sur son sujet. “Google Alertes” est l’un de ses moyens.

L’école de l’excellence

Quand on publie sur le web, on expose son “oeuvre” aux regards d’un nombre important de personnes. C’est une responsabilité. Surtout si notre but est de gagner et fidéliser des lecteurs. Notre objectif est donc de tendre vers la perfection. Même s’il peut rester des défauts, on se doit de donner le meilleur de soi-même et de contrôler le maximum de choses, pour qu’au moment de publier, le contenu soit de qualité, que le texte soit correct, que les liens fonctionnent, etc. On se doit aussi de vérifier que le site n’ait pas subit de dommages, suite, par exemple, à une mise à jour de WordPress, du thème utilisé ou d’une extension.

Bien sûr, il ne faut pas que cette recherche de la perfection nous tétanise et nous empêche d’avancer. C’est ce qu’explique très bien Jean-Philippe Touzeau, sur son blog Revolutionpersonnelle.com, dans son excellent article “La tyrannie du jour Z“.  Il faut savoir respecter un équilibre entre le “laisser-aller” et le perfectionnisme à outrance.

Apprivoiser le temps

Bloguer, c’est aussi une grande école de gestion du temps. Les tâches à accomplir sont innombrables : les améliorations techniques, le contenu, la promotion, les commentaires, les analyses, les enquêtes, les projets liés, etc. A moins d’être Shiva, difficile de tout faire en même temps. On est donc obligé de définir une stratégie, comprendre ses priorités, planifier les tâches. De plus, pour la plupart des blogueurs, cette activité s’exerce en parallèle d’une profession ou des études. Préserver une vie familiale équilibrée fait aussi souvent partie des objectifs.

Le blogueur est donc un véritable gestionnaire de projet. Même si son but est de bloguer pour le plaisir, dès l’instant qu’il met un peu d’ambition dans son projet, il se voit plus ou moins contraint d’adopter une démarche d’entreprise. Il cherche l’organisation optimale pour atteindre son objectif. Il appliquera notamment la loi de Pareto : 20% des efforts produisent 80% des résultats. Donc, autant se concentrer sur ces 20%. Exemple : au tout début, la présentation du site doit être acceptable mais n’a pas besoin d’être parfaite. Produire un minimum de contenu est la priorité absolue. Au bout d’un moment, c’est la promotion qui devient importante.

Quand on parle de gestion du temps, on en vient, tôt ou tard, à réfléchir sur le but ultime de sa vie… Car bloguer prend du temps. Il faut donc faire des choix. Le blogging peut apporter d’immenses satisfactions. Mais d’un autre côté, on peut aussi vouloir garder un équilibre dans sa vie de couple, avec ses enfants, ou toute autre relation humaine ou priorité que l’on considère comme importante, voire primordiale.

Tout blogueur réfléchi se pose à un moment ou à un autre ce genre de questions :

  • Qu’est-ce que je veux vraiment faire de ma vie ?
  • Pour quelle raison profonde ai-je démarré ce blog ?
  • Qu’est-ce que je veux en faire, sur le court, moyen et long terme ?
  • Et, question cruciale qui découle des précédentes : quelle part de mon temps est-ce que je veux y consacrer ?

Faire des rencontres

En bloguant, vous allez faire deux types de rencontres : virtuelles et réelles. Dans les deux cas, le blogging apporte une qualité supplémentaire à ces rencontres.

Vous allez échanger des idées, des questions, des conseils, sur le web, via votre blog, les commentaires, les blogs des autres, les forums et, parfois même, par courriel, en privé. De vraies relations d’entraides et de sympathie naisssent très souvent. Le tutoiement n’est pas obligatoire mais se pratique couramment dans le milieu du blogging, un peu comme dans les forums. D’ailleurs, il y a un code de conduite tacite, qui, globalement, est assez bien respecté, en tous cas dans les blogs que je fréquente. On reste courtois et sympathique. Même si on a une critique à formuler, c’est avec le sourire et toujours de façon constructive. D’ailleurs, quand la critique n’apporte rien au débat (genre critiquer les fautes d’orthographe), on s’abstient le plus souvent. Je trouve cette cordialité assez agréable.

Comme je blogue depuis très peu de temps, je n’ai pas encore eu l’opportunité de rencontrer des blogueurs expérimentés, directement, en réel. Mais ça viendra un jour ou l’autre. Cependant, comme je l’évoquais tout à l’heure, j’ai incité des personnes à démarrer leur blog et je les guide maintenant dans le dédale des difficultés diverses. Aider un blog à naître et à grandir, c’est un peu comme être le parrain d’un bébé.

De ce que j’ai entendu dire, les rencontres entre blogueurs se font très facilement. Ils sont souvent très demandeurs. Car bloguer est une activité assez solitaire, tout en étant une passion sur laquelle on a plein de choses à partager.

Dans tous les cas, que ce soit en virtuel ou en réel, il ne faut pas oublier que derrière chaque écran, derrière chaque mot écrit sur un clavier, derrière chaque idée échangée, il y a un être humain réel, fait de chaire, d’os et d’intelligence. Avec ses connaissances, ses expériences, ses émotions, ses passions, sa culture, bref, tout ce qui fait que chaque être humain est unique. Ce qui peut paraître virtuel correspond en fait à des échanges bien réels entre des personnes réelles. De plus, ces personnes partagent des intérêts ou des passions. Un des intérêts du web est de réunir ces personnes.

Des défis pour se mesurer

Bloguer est un défi en soi. Mettre en ligne un site complet et vivant n’est pas une mince affaire. C’est un objectif ambitieux, mais réalisable. Chacune des étapes pour y parvenir est relativement simple. Mais le défi, c’est surtout la distance… Garder la motivation et rester persévérant, c’est ça qui fait la différence entre celui qui réussit et celui qui abandonne.

Mais beaucoup de blogueurs ajoutent encore une épreuve subsidiaire, une difficulté supplémentaire : ils se trouvent un défi et en font l’objet même de leur blog ou d’une série d’articles. La liste des défis possibles est infinie :

En ce qui concerne mon blog, mon défi est résumé en haut de chaque page, sous la forme : “Objectif : mon disque dur, c’est le web.”. C’est une sorte de slogan. Pour un faire un véritable objectif, il faudrait que je le précise un peu plus. J’y réfléchis en ce moment pour faire prochainement un article sur ce sujet.

La vie est faite d’une multitude de défis qui nous font avancer. Le présent article en est un. Les projets, les défis, les passions, les envies, les rêves, voila ce qui nous donne envie d’évoluer et de mordre vraiment la vie.

Gagner de l’argent ?

Quand on crée un blog, on se fixe des objectifs. Le plaisir, l’envie d’apprendre, de découvrir et de partager, font partie des objectifs nécessaires pour réussir. Sans ces éléments, la motivation risque fort de s’essouffler. Mais on peut aussi rêver de gagner de l’argent avec son blog.

Combien peut-on espérer gagner avec un blog ? En fait, rares sont ceux qui gagnent beaucoup d’argent, uniquement avec leur blog. Les revenus purement publicitaires sont souvent très faibles. Avec de l’affiliation (commission sur la vente de produits tiers), les revenus restent aussi assez limités, c’est à dire à peine de quoi constituer un revenu complémentaire, mais pas de quoi vivre. Je parle pour la majorité des blogueurs, mais bien sûr il y a quelques exceptions connues dans le monde du blogging. Mais le blog peut aussi servir à vendre son propre produit ou son propre service. Cette activité peut devenir très rentable, si on s’y prend bien. Certains pourront vivre de cette activité à plein temps, sans avoir besoin d’un autre métier en parallèle. La motivation et la persévérance sont les principales conditions pour réussir.

Peut-on dire qu’il y a deux sortes de blog : ceux dont le but est simplement le plaisir et les autres qui visent l’argent ? Pour moi, on ne peut pas classifier les blogs de façon aussi catégoriques :

On voit donc bien que ces deux objectifs se rejoignent. L’un ne va pas sans l’autre, surtout dans le deuxième cas. Personnellement, je me situe entre ces deux cas : pour l’instant, je n’ai pas besoin de mon blog pour vivre financièrement, mais pouvoir vivre uniquement de mon blog, à moyen ou long terme, me tenterait bien. Cela me permettrait de vivre pleinement cette passion. Je pourrais ainsi explorer toutes les idées que j’ai en tête, mais que je ne peux pas lancer pour le moment, faute de temps.

L’école de la vie

On a coutume de dire que “le sport, c’est l’école de la vie”. C’est tout à fait vrai. Le lien que je viens de donner, l’explique très bien. L’auteur dit par exemple : “A l’école, j’étais un habitué des notes rouges. Un an plus tard, je n’en avais plus aucune.”.

Pour moi, on peut dire exactement la même chose du blogging : c’est une formidable école de la vie ! Voici pourquoi :

  • Bloguer vaut toutes les écoles (au sens propre) du monde.En bloguant ne serait-ce que quelques mois, vous allez apprendre mieux et plus vite que dans n’importe quelle école. En plus, vous allez peut-être rattraper ce que vous auriez pu rater dans vos écoles passées. Bloguer apprend toutes sortes de choses, qui pourraient notamment vous servir si vous cherchez un emploi par la suite :
    • construire et rédiger un dossier
    • gérer un projet
    • maîtriser certaines techniques du web
    • devenir expert du domaine sur lequel vous bloguez
    • etc.
  • Le blogging va mettre en valeur les plus grandes richesses qui sont en vous :
    • l’envie de faire des projets
    • le goût de l’aventure
    • l’envie de partager avec les autres
    • la persévérance
    • la volonté
    • le plaisir du travail
    • l’envie de donner le meilleur de soi-même
    • la créativité et l’imagination
    • etc.

Partir pour l’aventure

Bloguer, c’est partir pour un drôle de voyage, plein de surprises et de rebondissements, mais quasiment sans prendre de risque. En tous cas, pas de risque financier, car c’est très abordable, voire gratuit. C’est surtout un investissement en temps. Mais on peut aussi commencer en douceur : 2 ou 3 heures par semaine, sous la forme de 30 minutes par jour, ou concentré sur le week-end, par exemple.

Pas la peine de préparer trop longtemps ce voyage. Réfléchissez pendant quelques jour pour choissir votre sujet et votre nom de domaine. Et c’est tout ! Hop, on se lance. Vous verrez le reste par la suite… On apprend bien mieux sur le tas. Car l’étape la plus importante, c’est de commencer ! Après, vous verrez, c’est un peu comme le sport : plus on en fait, plus le corps secrète une drogue qui vous rend dépendant.

Des tas de personnes vous rendront visites, tantôt guidées par l’ami Google, tantôt venus d’un autre site parfois en nombre et inattendues, souvent très sympatiques… Ces personnes voudront en savoir toujours plus, sur le sujet de votre blog. Ils vous poseront des questions. Vous n’aurez pas forcément la réponse. Mais un contact enrichissant sera né.

Au bout d’un certain temps, il y aura beaucoup de monde. L’ambiance sera animée. Vous aurez beaucoup de travail, mais vous en redemanderez. Car vous sentirez vos lecteurs qui attendent… Ils voudront même communiquer entre eux, alors vous créerez un forum. Puis vous lancerez des concours, des

On y va ? Vous me rejoignez, de l’autre côté ? Là où vous n’êtes plus juste un numéro dans votre entreprise ou votre école, mais une enseigne, un nom de domaine, avec des articles connues et reconnues sur le web… Là où chaque journée, chaque rencontre, chaque décision, peut faire changer complètement l’itinéraire. Devenez vous aussi patronne ou patron de votre communauté web.

Je n’ai rien à vous vendre. Juste l’envie de partager avec vous un plaisir qui peut devenir un vrai projet de vie. Si j’ai consacré plusieurs heures à rédiger cet article, c’est parce que je crois vraiment que cette aventure vaut la peine d’être vécue.

Et vous ?

Maintenant, j’ai besoin de vous. J’ai besoin de votre avis :

  • Qu’avez-vous pensé de cet article ?
  • Si vous bloguez déjà, vous êtez-vous reconnu dans ce que je décris du blogging ?
  • Si vous ne bloguez pas encore, cet article vous a-t-il convaincu de démarrer un blog ?
  • Auriez-vous une question à me poser sur le blogging ? (“Il n’y a de mauvaises questions que celles qui n’ont pas été posées…”) C’est un sujet très vaste, mais j’ai déjà acquis une certaine expérience.

Si vous avez aimé cet article, n’oubliez pas d’en faire profiter vos contacts, avec Twitter par exemple.

>>> Source & illustrations @ http://stocker-partager.fr/bloguer-changer-vie/

Fermer le menu
more