#3.1

11 minute(s) de lecture

1/ L’actualité de ce début d’année :

Ce début d’année a été particulièrement chargé, c’est pourquoi je ne « rediffuserais » ici que les liens vers les informations correspondante à la thématique de ce troisième blog & qui me semble être les plus intéressantes et/ou marquantes …

Pour les prochaines fois, puisqu’il y aura moins de liens communiqués, je pourrais si nécessaire ajouter mes observations et/ou quelques extraits importants. Il n’est pas impossible également que je crée quelques pages dans une nouvelle rubrique « à lire » avec les quelques billets les plus « importants/intéressants » parmi tous ceux listés.

Voici donc les quelques dernières nouvelles concernant la culture, l’art & la science :

Domaine public, chanson de la Parisienne Libérée – Romaine Lubrique

Liberté d’expression : la caricature est aussi une exception au droit d’auteur | :: S.I.Lex ::

2/3 des enfants de moins de 3 ans sont déjà sur internet. Merci papa, merci maman… – Korben

Le 1er Festival du Domaine Public soutenu par Wikimédia France | Autour de Wikipédia et des projets Wikimedia

Elon Musk offre 10 millions de dollars pour éviter que l’IA détruise l’humanité

Et si nous concevions une informatique pour le grand public ? | Framablog

FabLabs, Hackerspaces : quel régime de propriété pour les lieux d’innovation partagée ? | :: S.I.Lex ::

Meetup pour la Décentralisation du Net

SavoirsCom1 » Copyfraud Awards ! Votez pour la pire réappropriation abusive du domaine public !

Le code est-il vraiment la loi ? « InternetActu.net

Geek De France.fr » Canonical et BQ annoncent le premier smartphone sous Ubuntu

L’open source, une solution pour les bâtiments intelligents ? | Logiciels Libres et Développement Durable

Droit d’auteur : pourquoi les Youtubeurs devraient soutenir le rapport Reda | :: S.I.Lex ::

5 étapes pour trouver des solutions créatives à ses problèmes

GnuPG utilisé, GnuPG oublié, mais GnuPG financé – LinuxFr.org

Laissons Google tranquille (mais pas trop) | Framablog

Droit d’auteur : la députée pirate donne la parole aux créateurs

Les droits d’auteuroliques anonymes (conférence gesticulante) | Framablog

La hiérarchie des connaissances est elle vraiment dépassée ? « InternetActu.net

Quand la cybernétique hiberne l’éthique – LinuxFr.org

Comment installer son serveur DNS en local quand on n’est pas un gros barbu – Korben

[vidéo] Les enjeux politiques et juridiques du domaine public – Romaine Lubrique

Hackers, le système immunitaire d’Internet

Un nouveau film sur les hackers

Qu’est-ce que la “réalité numérique” ? « InternetActu.net

Livre papier, livre numérique, TVA et DRM – LinuxFr.org

C’est quoi, un DNS qui ment ? | Pixellibre.net

Et si la publicité n’était pas le problème ?

Les photos de SpaceX entrent dans le domaine public

Le chiffrement, ça s’apprend – alterlibriste

Jouer (trop) aux jeux vidéo peut affecter le comportement

Un risque de voir le domaine public numérisé enseveli sous la propriété matérielle des fichiers ? | :: S.I.Lex ::

Transitions : ce que le numérique fait aux transformations du monde… « InternetActu.net

Open Access : Science Europe fait le choix de la licence CC-BY | SavoirsCom1SavoirsCom1

Podcast francophone dédié à la cybersécurité : No Limit Secu – LinuxFr.org

Droit d’auteur : 14 ans et c’est tout ? | Page 42

Public Domain Remix : un concours célébrant le domaine public

Technologies : c’est à nous d’en être les maîtres ! Oui, mais comment ? « InternetActu.net

6 astuces indispensables pour améliorer la sécurité de ton ordinateur

Valve et le casse-tête de la monétisation des usages transformatifs | :: S.I.Lex ::

On ne peut pas défendre les bibliothèques et s’opposer au partage de fichiers | Page 42

Dogmazic est revenu – LinuxFr.org

Nous voulons (aussi) du matériel libre ! | Framablog

Allégorie de l’avenir du droit d’auteur : « désolé, contenu privé »

La Commission européenne doit prendre en compte les droits fondamentaux dans le domaine numérique | La Quadrature du Net

Exigeons de Facebook et Google la transparence qu’ils exigent des États !

Y a-t-il de bonnes raisons de s’emballer pour Windows 10 ?

Financement collaboratif du film d’animation Libre ZeMarmot – LinuxFr.org

Droit d’auteur et marchandisation de la culture : mais de qui se moque-t-on ? | :: S.I.Lex ::

L’avenir d’Internet n’est pas le mobile #chtefraidire | JCFrogBlog4

Des photographes tous terrains | Autour de Wikipédia et des projets Wikimedia

Manifeste des Chats Cosmiques

Internet des objets : une lettre du futur | Page 42

A quoi ressembleront les libertés numériques en 2025 ? | :: S.I.Lex ::

Le cloud. Libertés, avantages et gros problèmes. | April

Transformez votre blog ou votre Twitter en livre – Korben

Devrons-nous quitter Internet ? | Page 42

Sans oublier également les quelques liens suivants :

Un Humble Bundle pour les jeux Star Wars

Blade Runner, l’oeuvre ouverte et la libération des possibles

X-files revient le temps de six épisodes

Star Wars : comment fonctionne BB-8, le successeur de R2D2

J’espère que ces quelques liens vous permettrons de vous faire une idée des thématiques qui seront abordées dans le présent blog …

>>> Plus d’actualités @
shaarli.sweetux.org & rss.sweetux.org


2/ Le dossier du mois :

Les FABLABs

Pour commencer ce dossier, rien de mieux que la définition de wikipedia :

Un fab lab (contraction de l’anglais fabrication laboratory, « laboratoire de fabrication ») est un lieu ouvert au public où il est mis à sa disposition toutes sortes d’outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, pour la conception et la réalisation d’objets.

La caractéristique principale des fab lab est leur « ouverture ». Ils s’adressent aux entrepreneurs, aux designers, aux artistes, aux bricoleurs, aux étudiants ou aux hackers en tout genre, qui veulent passer plus rapidement de la phase de concept à la phase de prototypage, de la phase de prototypage à la phase de mise au point, de la phase de mise au point à celle de déploiement, etc. Ils regroupent différentes populations, tranches d’âge et métiers différents. Ils constituent aussi un espace de rencontre et de création collaborative qui permet, entre autres, de fabriquer des objets uniques: objets décoratifs, objets de remplacement, prothèses, orthèses, outils…

Pour être appelé fab lab, un atelier de fabrication doit respecter la charte des fab labs, mise en place par le Massachusetts Institute of Technology (MIT). Pour être identifié en tant que « fab lab MIT », il faut passer une certification et des formations, mais un fab lab n’est pas nécessairement affilié au MIT. Les fab labs sont réunis en un réseau mondial très actif, d’après son initiateur Neil Gershenfeld.

En France, l’État désigne ce type d’installation « atelier de fabrication numérique ».

 

Le concept de fab lab a été créé par Neil Gershenfeld, professeur au MIT, à la fin des années 1990 & les premières initiatives ne sont lancées en France qu’à partir de 2009 : ils sont basés sur les principes d’ouverture et de collaboration & s’appuient sur des machines de fabrication numérique et des réseaux qui permettent de s’échanger des fichiers dans le monde entier.

Grâce à des interfaces informatiques simplifiées, ergonomiques et de plus en plus interopérables, il devient plus facile pour des usagers non-spécialistes de prendre le contrôle d’outils techniques : l’appropriation que le logiciel libre a facilité, s’étend maintenant aux matériels libres (ou Open Hardware), et a permis l’apparition de plateformes de type Arduino.

En effet, le logiciel a ses licences libres, la culture et la création artistique ont aussi leurs licences libres. Mais depuis quelques années les créations physiques libres se multiplient, ce qui rend urgent de poser les questions des libertés associées aux objets, comme aux modèles de conception qui permettent de les réaliser. Avec beaucoup d’acuité et de précision, Richard Stallman examine ces nouveaux problèmes et évalue la possibilité d’adapter à ce nouveau domaine les principes libristes employés pour les logiciels. (Il en a d’ailleurs fait un petit rappel le 12 mai dernier lors de sa conférence @BREST)

Au sein de ces lieux de fabrication, la créativité individuelle est encouragée autour du terme Do It Yourself.

Pour certains, ce serait la fin de l’obsolescence programmée, puisque la fabrication d’objets libres permettrait de remplacer les pièces usées. Donc un progrès écologique et économique majeur pour notre société. Le développement de fab labs pourrait modifier voire bouleverser une partie des logiques d’offre et demande mises en place par l’économie industrielle et de marché des deux derniers siècles… selon la manière dont ils seront utilisés, ils pourront :

  • exacerber le gaspillage d’énergie et de ressource, ou au contraire s’inscrire dans une logique d’écodéveloppement.
  • contribuer à appauvrir ou exploiter des sociétés ou populations déjà appauvries ou vulnérables en délocalisant et dématérialisant l’emploi et la production là où l’offre serait la moins chère, ou au contraire libérer certaines populations de leur dépendance à des producteurs éloignés
  • être un outil d’aide à l’insertion et à la formation de publics en difficulté et/ou un moyen de réduire la fracture numérique.

Les enjeux sont complexes selon les usages & objectifs visés … Pour en savoir un peu plus, je vous invite a écouter le podcast n°5 de curious kids dans lequel est interviewé Hugues Aubin, co-fondateur du « labfab étendu de Rennes ». Il nous raconte la genèse de ce fablab Breton & nous donnes quelques exemples concrets de ce à quoi il peut servir …

Si l’aspect « libre » vous intéresse tout particulièrement, je vous recommande la lecture de l’excellent article de rms sur ce sujet.

>>> Source(s) & plus d’infos @

 


3/ Le coup de cœur :

5 raisons pour lesquelles les artistes devraient utiliser les Creative Commons | Page 42

 » La création va bien. La preuve, on n’a jamais autant créé qu’aujourd’hui. Du bon comme du très mauvais peut-être, mais nous ne sommes pas là pour décerner des prix d’orthographe ou des brevets de talent : le Temps et sa petite sœur la Postérité s’en chargeront pour nous, comme ils l’ont toujours fait. Cette création tentaculaire a été rendue possible par la démocratisation du net, et donc des moyens de la diffuser.

Toute mutation entraîne son lot de conséquences. En réaction au combat acharné des industries pour limiter la diffusion des œuvres et de l’information, ont été inventées des licences dites libres, permettant aux créateurs qui en font le choix de publier leur travail autrement. Pourquoi publier autrement, puisque notre système actuel fonctionne si bien ? Eh bien justement : parce qu’il ne fonctionne pas si bien. Parce qu’il est une source grandissante d’inégalités. Parce qu’il ne répond plus aux attentes de ceux qui créent et de ceux qui profitent de ces créations, notamment parce que ces deux entités sont désormais réunies en chaque individu : nous sommes tous des créateurs et des consommateurs de créations. Parce qu’internet a tout changé et que les usages et les lois qui régissent la création sont dans le meilleur des cas vieilles de quelques décennies, dans le pire des cas de plusieurs siècles. Et qu’il serait peut-être temps de faire un peu de ménage dans nos idées préconçues.

Les Creative Commons permettent à tout créateur de partager, diffuser, remixer des créations sans y apposer le sceau du copyright total. Elles sont une sorte de menu à la carte que l’on peut arranger à sa sauce en fonction de ses besoins. « 

 


>>> Lien Bonus :

Quelle est la valeur économique du domaine public ? | :: S.I.Lex ::

 » Comment estimer la valeur économique du domaine public ? La question est assurément complexe, mais elle revêt pourtant une grande importance. Car jusqu’à présent, les titulaires de droits ont toujours fait valoir que les allongements de la durée du droit d’auteur ou des droits voisins auraient des retombées économiques positives. Ils arrivent à ces occasions à fournir des estimations chiffrées – parfois contestées – mais qui font mouche auprès des responsables politiques toujours enclins à suivre ce genre d’arguments. Une des dernières études en date estimait par exemple que les industries créatives pèseraient 6,8% du PIB européen, soit l’équivalent de 860 milliards d’euros. « 

http://shaarli.sweetux.org/?do=tagcloud &

http://shaarli.sweetux.org/?searchtags=DOMAINEPUBLIChttp://shaarli.sweetux.org/?searchtags=ECONOMIE

 


Rendez-vous le mois prochain pour d’autres nouvelles…

bannière grise2

more